Skip links

Retour à la galerie virtuelle

Foi et spiritualité

Vivre sa foi

La foi occupe une place centrale dans la vie d’une Ursuline. Elle est présente dans toutes les actions, grandes et petites, que cette dernière pose chaque jour. Les lieux habités par la communauté témoignent aussi de cette omniprésence de la foi.

La chapelle des Ursulines de Québec, qui constitue le cœur de leur monastère, en est certainement l’exemple le plus probant. Cette foi s’exprime aussi à travers les différents objets de dévotion, images saintes, livres de prières, reliquaires et sentences visibles dans les chambres, les salles communes et les corridors du monastère.

Reliquaire sur pied

Carton, velours, or et argent
France
17e siècle
21 x 10 cm

Ce reliquaire est ornementé de broderies d’or et d’argent à motif floral. Sa partie supérieure en forme de cœur abritait anciennement une relique. Les reliquaires, dont on disait au 17e siècle qu’ils étaient « de petits vaisseaux précieux et portatifs où l’on enferme des reliques », sont nombreux chez les Ursulines. 

La grande majorité d’entre eux sont offerts aux Ursulines au cours des 17e et 18e siècles. En 1674, une chapelle des Saints est élevée au-dessus du chœur des religieuses pour l’exposition des reliques. De plus, à partir de 1700, les Ursulines célèbrent chaque second dimanche du mois d’août une fête en l’honneur des saintes reliques !

Reliquaire à agnus dei

Bois, papier, verre, enduit, or et argent
Artiste inconnu
18e siècle
39,50 x 35 x 8,50 cm

Ce reliquaire a été importé de France. Le fond est fait de velours noir et l’encadrement de bois est sculpté et doré à la détrempe. On y retrouve un ostensoir de type soleil arborant un médaillon de cire représentant l’agneau de Dieu, un symbole important dans la religion catholique. 

Ce reliquaire est un bel exemple de paperolle, aussi appelée quilling. Cette technique consiste à prendre de fines bandes de papier et à les enrouler sur elles-mêmes. On les assemble ensuite pour créer différents motifs. Ici, tout ce qui est dans le cadre, sauf le médaillon, est fait en paperolle. 

Les fleurs de lys vous sont peut-être familières ! La fleur de lys trouve son origine dans l’histoire française, où elle représente le pouvoir divin octroyé aux souverains. Longtemps emblème de la monarchie, ce symbole rappelle aujourd’hui la présence française en Amérique du Nord.

Crucifix d’autel

Argent et cuivre doré
Artiste inconnu
17e siècle
58,30 x 22 x 14 cm

Ce crucifix d’autel a une origine mystérieuse. La tradition orale le désigne comme le crucifix de Madame de la Peltrie, bienfaitrice des Ursulines. Elle l’aurait amené avec elle à son arrivée à Québec en 1639. Or, il est difficile de retrouver sa trace dans l’histoire des Ursulines. L’objet n’est pas mentionné avec certitude avant 1900, lorsqu’il est évoqué dans les annales des Ursulines.

L’étude de l’objet et de son ornementation permet d’affirmer que la base en argent date du 17e siècle, bien que redorée plus tardivement. Les feuilles d’acanthe et les visages d’angelots sont des motifs prisés par le roi Louis XIII. Les autres parties du crucifix dateraient du 18e ou 19e siècle.

Calice

Or et argent
Pierre Rousseau II, orfèvre
Vers 1637-1638
26,70 x 15,50 cm

Peu de pièces d’orfèvrerie de la Nouvelle-France sont parvenues jusqu’à nous, rendant celle-ci exceptionnelle. Le droit canon prescrit d’utiliser des métaux précieux pour les calices. Celui-ci, réalisé par l’orfèvre français Pierre Rousseau fils, est entièrement fait d’argent. Seule la coupe est faite en vermeil, un alliage d’argent recouvert d’or. 

Plusieurs objets anciens sont entourés d’histoires et d’anecdotes, pas toujours vérifiables, mais bien ancrées dans la tradition orale. Ainsi, il est dit que ce calice aurait été utilisé par monseigneur François de Laval, premier évêque de Québec, lorsqu’il a célébré la messe chez les Ursulines.

Pour souligner l’aspect sacré de cette pièce d’orfèvrerie, la base est richement décorée. On peut y voir ici deux instruments de la Passion. Ces objets, souvent représentés dans les images catholiques, symbolisent les souffrances du Christ. Ici on y retrouve une échelle et possiblement une colonne.

Madone noire

Plâtre, toile, papier, peinture et or
Origine française
Avant 1650
18 x 5 x 3 cm

Cette petite figurine représente une Vierge noire couronnée tenant l’Enfant Jésus dans ses bras. Les Vierges noires appartiennent à l’iconographie du Moyen Âge. Elles tirent leur nom de leur couleur sombre, souvent limitée au visage et aux mains. Mais pourquoi ce noir ? Cette question est encore aujourd’hui auréolée de mystère. Les historiographes s’entendent sur un fait : vierge noire n’égale pas vierge africaine.

La statuette est faite de plâtre. C’est la seule statue en plâtre de cette époque conservée par les Ursulines. Bien que le moment de son arrivée chez les Ursulines est inconnu, on peut croire qu’elle fut fabriquée en France avant 1650. En effet, selon la tradition orale, cette madone aurait survécu aux incendies de 1650 et 1686 qui ravagèrent le Monastère de Québec.

Panneau de dévotion

Bois, fer, peinture et or
Fabrication artisanale
Non daté
19 x 28 x 2 cm

L’inscription « Tota Pulchra es Maria et Macula non est In te », que l’on retrouve sur cette surface de bois, est une prière à la Vierge Marie tirée du Cantique des cantiques. Le texte latin peut se traduire par « Tu es toute belle, Marie, et la faute [originelle] n’est point en toi ».

Piédestal doré

Bois, plâtre, or et pigment
Fabrication artisanale
17e siècle
23 x 26 x 26 cm

Ce piédestal trapézoïdal aux côtés incurvés a été gravé et doré à la détrempe par les Ursulines. La dorure était pratiquée par les Ursulines dès leur arrivée en Nouvelle-France en 1639. Marie de l’Incarnation (1599-1672) elle-même connaissait bien l’art de la dorure. Une fois en Nouvelle-France, les fondatrices des Ursulines s’appliquèrent à transmettre, avec succès, leurs savoir-faire à leurs novices.

La face principale de l’objet est ornée du monogramme de la Sainte Vierge, symbole reconnaissable aux lettres M et A (pour Ave Maria) entrelacées. La place de choix accordée à ce monogramme illustre bien l’importance de la dévotion à la Sainte Vierge chez les Ursulines.

La paroi de droite est occupée par une rose retenue par un nœud alors qu’une pivoine, également dotée d’un nœud, décore celle de gauche.

Return to top of page