Skip links

Les archives en quelques mots

Nous pouvons affirmer qu’un « service d’archives » existe depuis l’arrivée des religieuses ursulines en Nouvelle-France. Dans les Constitutions et règlements de la communauté, rédigés en 1647, on indique que les archives sont placées sous la garde d’une religieuse spécialement assignée à cette tâche : la sœur dépositaire. Elle partage sa responsabilité avec deux autres religieuses; la supérieure et son assistante. Les documents officiels qui légitiment leur présence en Nouvelle-France sont d’une importance capitale pour la communauté.

Ainsi, les archives des Ursulines du vieux monastère ont été conservées par des religieuses qui se sont succédé au poste de dépositaire et au début du XXe siècle, à celui d’archiviste de la communauté.

De Roberval à Stanstead et de Jacquet River (Nouveau-Brunswick à Maillardville (Colombie-Britannique), en passant par Gaspé, Amqui, Shawinigan et l’île d’Anticosti, chaque monastère des Ursulines de l’Union canadienne a eu son service d’archives et des archivistes soucieuses de conserver la mémoire de leurs communautés et de leur mission d’éducation.

Mandat

L’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule a assuré la gestion des archives de ses monastères jusqu’en janvier 2017, moment où le Pôle culturel du Monastère des Ursulines a pris en charge cette gestion.

Le mandat du secteur des archives est d’exercer toutes les fonctions archivistiques sur tous les types de documents, et ce, pour l’ensemble des maisons et monastères des Ursulines de l’Union canadienne. Outre la gestion intégrée des documents administratifs, il s’occupe également des bibliothèques et des archives historiques provenant des monastères et maisons des Ursulines du Québec.

Portrait

Le secteur des archives gère cinq dépôts d’archives dispersés dans trois villes : Québec, Trois-Rivières et Rimouski. Le service rassemble les archives religieuses et historiques dont une partie est rendue accessible aux chercheurs.

On y retrouve des fonds institutionnels et privés que l’on pourrait regrouper en trois grandes catégories :

  1. Fonds des monastères, maisons et communautés (incluant toutes les fondations des anciennes provinces de Québec, Trois-Rivières et Rimouski.
  2. Fonds des Œuvres (écoles, hôpital à Trois-Rivières, pastoral, centres sociaux);
  3. Fonds privés des religieuses (Ouverts 100 après le décès).
Return to top of page