Skip links

Retour à la galerie virtuelle

Beaux-arts

Bienvenue aux artistes confirmés et en devenir!

La contribution des Ursulines au développement des arts a été très importante. D’une part, elles ont encouragé peintres, sculpteurs et orfèvres en leur commandant de nombreux travaux. D’autre part, elles ont elles-mêmes réalisé dans leurs ateliers monastiques des œuvres peintes, brodées ou dorées de qualité incontestable.

De plus, elles ont permis à leurs élèves de développer leur talent grâce à la qualité de la formation artistique prodiguée dans leurs écoles. Aujourd’hui, les collections d’arts des Ursulines figurent parmi les plus riches au Canada.

Le Christ prêchant

Huile sur toile
Philippe de Champaigne
Avant 1674
219 x 152 cm

La toile fait partie des tableaux rassemblés en France par l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins au début du 19e siècle. L’artiste Philippe de Champaigne a produit cette œuvre pour la reine Marie de Médicis. Peintre officiel de la cour de France, Champaigne est reconnu comme un des grands maîtres du classicisme.

Le premier Monastère

Huile sur toile
Joseph Légaré
1840
63 x 83 cm

Pour souligner le 200e anniversaire de la construction de leur maison, les Ursulines demandent au peintre Joseph Légaré d’illustrer le couvent érigé en 1642. Une légende explicative identifie les diverses parties du bâtiment ainsi que les personnages représentés sur l’œuvre.

La procession de la Fête-Dieu

Huile sur toile
Louis-Hubert Triaud
Vers 1824
75 x 107 cm

Ce tableau est attribué à Louis-Hubert Triaud, un peintre français qui a enseigné la peinture chez les Ursulines de Québec. L’œuvre la plus fameuse de l’artiste voit la procession défiler près du marché Notre-Dame. À gauche, on reconnaît l’ancien collège des Jésuites, démoli en 1879.

La Sainte Famille

Huile sur toile
Anonyme
Vers 1690
132 x 151 cm

Sur ordre épiscopal, ce tableau est placé dans le clocher de la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec pour protéger la ville contre la flotte de Walker en 1711. Coup du sort ou preuve d’une protection divine, Québec est sauve ! Par la suite, l’œuvre est rendue aux Ursulines, qui la réinstallent dans leur chapelle.

Madame Davanne en sainte Ursule

Huile sur toile
Anonyme
18e siècle
66 x 52 cm

Ce tableau d’origine française a été donné par Marguerite Davanne (née Germain) à sa fille Marguerite (sœur Saint-Louis-de-Gonzague, 1719-1802) lors de son entrée chez les Ursulines de Québec en 1737. Après le décès de la religieuse, des surpeints sont ajoutés au portrait de façon à ce qu’il représente sainte Ursule, sainte patronne des Ursulines.

Brunissoir

Bois, coton et ivoire (dent)
Fabrication artisanale
Avant 1828
1 x 15 x 0,25 cm

Seules à pratiquer la dorure en Nouvelle-France, les Ursulines voient leur grande maîtrise de cet art vite reconnue à l’extérieur du cloître. S’ensuit la réalisation de dorures pour différentes églises du Québec. 

En 1828, de plus en plus absorbées par leur tâche d’enseignement, les religieuses ferment leur atelier de dorure. Elles conservent néanmoins les outils en usage à l’atelier, dont ce très beau brunissoir, outil formé d’une dent de mammifère emmanchée avec laquelle on peut brunir (polir) l’or pour le rendre lisse et lui donner de l’éclat et du brillant.

Anges volants

Bois, or et pigments
Fabrication artisanale
17e siècle
27 x 44 cm

Représentés en plein vol, les ailes déployées et les bras tendus, ces anges sculptés ornementaient anciennement l’ancien tabernacle principal de la première chapelle des Ursulines. La présence d’anges chez les Ursulines illustre bien l’importance accordée en Nouvelle-France à la dévotion envers ceux-ci, importance faisant écho à la grande popularité de cette dévotion en Europe à la même époque.

Bien que formant une paire, les deux sculptures ne sont pas identiques ; l’artiste ayant personnalisé les visages, le drapé des tuniques, ainsi que la position des bras et des jambes des anges.

Notre-Dame de Lorette

Bois, pigments, soie et dentelle au fil d’or
Fabrication artisanale
17e siècle
62 x 19 cm

Cette représentation de la Vierge rappelle Loreto, sanctuaire italien célèbre pour abriter la Santa Casa, représentation de l’endroit où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie aurait reçu l’Annonciation de l’archange Gabriel.

C’est au père jésuite Pierre Chaumont, fondateur de la mission huronne-Wendate de Notre-Dame-de-Lorette (1674), que l’on doit la popularité de cette représentation de la Vierge en Nouvelle-France. 

Le corps de cette statue de facture artisanale est constitué d’une bûche de peuplier équarrie dont seules les parties visibles (visages et bras) sont sculptées et peintes. La statuette est dotée d’un vestiaire de six tuniques entièrement brodées par les Ursulines. 

Une photographie prise au 20e siècle, montrant la statuette exposée à l’oratoire Saint-Augustin du Monastère de Québec, illustre bien la persistance de cette dévotion chez les Ursulines.

Parement d’autel dit de la Nativité

Soie ; laine, or, argent et détrempe
Atelier des Ursulines
Entre 1650 et 1700
95 x 261 x 6 cm

Cet ornement représente la quintessence de l’art de la broderie chez les Ursulines. Autour du médaillon s’articule un riche décor brodé constitué de rinceaux, d’arabesques et de volutes au fil métallique et d’où s’échappent des fleurs au naturel (roses, pivoines, lys, iris, œillets, tulipes et ancolies) peintes à l’aiguille au fil de laine et de soie polychrome.

La richesse de l’ornement est renforcée par des motifs brodés en haut-relief, comme le cadre du médaillon et les cornes d’abondance remplies de fruits (grenades, raisins, fraises, poires et pommes). Deux guirlandes de fleurs suspendues de chaque côté du médaillon apportent un élément de gaieté et de réalisme à ce décor un peu rigide dominé par la broderie métallique.

Carnet de feuilles d’or

Papier, or encre
W.H. Kemp Co., Angleterre
Vers 1934
11 x 9 cm

Chaque page de ce livret conserve une feuille d’or 24 carats dont la fabrication était complexe. Les feuilles devaient être laminées une à une, puis battues à la main par un spécialiste : le batteur d’or. Les carnets ont été commandés en Europe par les Ursulines pour réaliser différents travaux de dorure.

Return to top of page